Et si on prenait un temps pour le vivre maintenant ce bonheur tant attendu ?

Avant d’aller plus loin, faites svp la liste de tout ce qui va bien depuis ce matin ou dans la journée d’hier.

 

  • J’ai un ordinateur avec de l’électricité
  • Il y a du bois dans le poêle et j’ai chaud
  • J’ai parlé avec une amie que j’aime beaucoup et elle me propose une sortie
  • J’ai pu réconforter Maman en lui parlant au téléphone
  • J’ai eu ma fille à manger à midi
  • J’ai mangé à ma faim aujourd’hui
  • J’ai pu apprendre des choses nouvelles avec ce blog
  • J’ai fait la grasse mâtinée, trop bien, personne ne m’attendais aujourd’hui
  • Ma voiture a démarré quand j’en ai eu besoin
  • etc…. aller, encore quelques lignes, si si… !

 

Bravo, c’est un très bon début !

 

Ce matin, en méditation, j’observe une fois de plus que je ne suis pas mon mental. Lui compartimente, cloisonne, bien, mal, bof, trop ceci, pas assez cela. Je vois toutes ces pensées qui tournent dans ma tête à m’en faire chavirer.

Un instant plus tard, la question voit le jour en moi de savoir qui observe ce petit manège.

En vérité cette partie de moi qui observe c’est la conscience, c’est qui vous êtes vraiment.

Au delà des apparences, des circonstances, du bien du mal. Cette partie ne juge pas, mieux, elle aime inconditionnellement. C’est ce que nous  cherchons depuis toujours et que nous n’avions jamais vu. C’est cette partie de nous immaculée, qui est tout autant amour, perfection, beauté, bienveillance, abondance. Vous pouvez vous fier à elle.

 

C’est comme lorsqu’il y a de la brume, un matin fatigué. On croit que tout est gris et c’est une vraie réalité pour chacun d’entre nous vivant dans la plaine.

Et pourtant, il suffit de s’élever au delà du brouillard, des nuages, pour découvrir partout au dessus que le soleil brille à l’infini. Quel spectacle saisissant !

 

Donc voyez vous, s’élever au delà de nos pensées s’illustre parfaitement ainsi.

 

Oui mais… Comment vais-je payer les factures ce mois ci ?

Et comment vais-je développer le business dont je rêve ou tout simplement améliorer ma vie ?

Et voici que sont lancées tout un tas de pensées dont je ne suis même pas consciente la plupart du temps et qui m’emmènent toujours plus bas dans les tréfonds de ma peur (sous les nuages) et où si je ne met pas un peu de conscience là dedans (le soleil, le soleil ! ) j’aurais bien du mal à me relever. Ensuite je déprime et je m’étonne !

 

Et voilà, badaboum, la fin du mois arrive et je galère, la peur s’intensifie et qu’elle expérience est ce que je peux vivre à ce moment là puisque l’univers est un miroir parfait de ce qui est vivant à l’intérieur de moi ?

 

Alors comment reprendre les commandes ?

Vous vouliez plus de liberté ? La seule vraie liberté est celle de votre esprit.

 

Ignorer cela c’est comme se mettre du rouge à lèvre, se regarder dans la glace et vouloir effacer le miroir si le reflet ne vous plait pas ! Et bien non, si vous voulez changer l’image du miroir, il vous faut bien évidemment revenir à vous !

Pas de fuite possible, bienvenue la responsabilité, ferment du pouvoir, celui de se changer soit même pour ensuite observer les choses se mettre en harmonie autour de soi.

 

Le chaos est toujours là ? Manque d’argent, disputes, manque d’amour, ennuis ?

C’est votre ressenti le baromètre, votre corps est le fidèle messager de ce qui se passe au dedans de vous. Aucune déformation avec le corps, la vérité brute, telle qu’elle est.

Notre tête elle, aime nous raconter des histoires, le corps non. Alors fiez vous à lui et s’il vous envoie des messages d’inconfort, revisitez l’histoire que vous êtes en train de vous raconter. Reprenez de la hauteur comme nous l’avons vu au début et pointez vos pensées, les « ça ne devrait pas être ainsi », votre tentation de faire des scénarios catastrophes, les « il y a un méchant, c’est lui c’est pas moi » etc…

Nous seuls avons le pouvoir de nous faire souffrir. Si nous ne donnons pas la permission à l’autre, ou à la situation de nous atteindre, et bien elle passera, comme tout dans la vie.

La souffrance vient du fait que nous nous identifions à ce que nous vivons, nous en faisons une partie de notre personnalité, alors qu’en fait les évènements se produisent, ils ne sont pas nous !

 

Vous vous sentez fatigué, las, mal à l’aise, arrêtez ce que vous faites et mettez vous à l’écoute du message. Vous vous êtes saboté, vous avez laissé les peurs prendre le dessus, alors STOP. On arrête tout et on recommence du bon endroit.

 

C’est quoi le bon endroit, comment fait on ?

Une seule question :

Est-ce qu’ici et maintenant, dans la minute présente, tout va bien ? Si la réponse est oui, alors habitez ce oui et rien d’autre. Et recommencez à chaque fois que vos pensées s’emparent de vous. Au début vous ne les surprendrez que rarement, et puis de plus en plus souvent.

 

Toutes autres considérations ne vont faire que vous tirer vers le bas. C’est le rôle de votre mental d’envisager toutes les difficultés possibles puisqu’il est en charge de la survie.

Alors ok, merci à notre très cher mental, sans lui nous ne serions pas où nous sommes, c’est à dire vivant ! Mais ce n’est pas une raison pour lui laisser toute la place. Le terme correct serait de le remettre à sa place, chacun son rôle. Ne tentez pas de le faire taire, c’est impossible, juste l’observer.

 

Dis… c’est quand le bonheur ? Et s’il résidait dans les petites choses qu’on oublie souvent de considérer tellement nous sommes pris dans notre course effrénée à toujours plus de survie ?

 

Nous vivons et vivrons toujours dans ce ici et maintenant.

Hier n’est plus, demain sera toujours demain, il ne nous reste que ici et maintenant pour habiter notre vie.

 

Alors il y avait quoi dans votre liste du départ ?

Revenez y souvent, complétez la tous les jours jusqu’à que vous preniez conscience de l’abondance qui est déjà la votre. J’ai fais ça longtemps et était toujours tellement surprise de tous les cadeaux de la vie au quotidien. Ensuite il m’était beaucoup plus facile de ne pas me laisser sombrer car j’avais quotidiennement à l’esprit ces vérités – et non pas la blabla qui n’est pas la réalité !

 

C’est rempli de cette plénitude que vous pouvez parcourir le monde, là vous aurez des choses à offrir au monde, là est le bonheur, la joie et la paix.

 

Je souhaite recevoir les articles du blog