Le Corps

Notre corps est notre véhicule dans cette incarnation. C’est lui qui permet à l’âme de se manifester dans la matière. On peut en déduire, que le corps EST l’âme. Pas de séparation, la distinction est de taille. Plus besoin de partir “là haut” pour méditer, c’est ici que ça se passe.

Vous voulez vous rapprocher de la partie sage en vous ? Habitez votre corps, soyez présents ici et maintenant. Lorsque nous laissons nos pensées divaguer, nous nous éloignons de nos ressentis et de ce qui se passe autour de nous. Nous nous privons de tous les messages que va nous offrir la vie ici et maintenant. Combien sommes nous à manger en ayant la tête ailleurs ou pire en regardant la télé ? Nous sommes toujours soit dans le futur à penser à ce qui va arriver, soit dans le passé à le ressasser, et pendant ce temps la vie passe et nous ne la vivons pas vraiment, pleinement.

Alors un seul mot d’ordre, revenez à votre corps, à votre respiration, aux sensations, sentez sous vos pieds le sol à chaque pas, la chaise sur laquelle vous êtes assis. Cela vous permettra d’être attentif à la Vie qui se déroule là, en vous, autour de vous, et vous vivrez alors réellement votre vie dans sa plénitude.

Notre corps à plusieurs besoins fondamentaux, les voici par ordre d’importance : de l’oxygène, de l’eau, de la nourriture, de l’exercice et du repos.

  • Vous vous sentez un peu fatigué ? Prenez quelques bonnes respirations avant d’aller chercher un café.
  • Ensuite pensez à vous hydrater, des études sérieuses montrent que de nombreuses maladies disparaissent simplement en buvant régulièrement de l’eau. Nous sommes pour la plupart en état de déshydratation.
  • Veillez à avoir la nourriture la plus saine possible, biologique de préférence autant pour vous, que pour la belle planète que nous inondons de pesticides sans penser aux conséquences. Que cela devienne simplement de bonnes habitudes au quotidien. Gardez les extras pour les occasions.
  • Faites un peu d’exercice, ce peut être simplement une marche, du yoga, des étirements, une balade, notre corps a besoin de détente, de se relaxer. Nous lui demandons beaucoup et il nous rend des services inestimables, prenons un temps pour lui rendre.
  • Nos cellules ont besoin de sommeil réparateur pour se reconstituer, privilégiez un endroit calme, destiné au repos, sans télé ni téléphone à proximité. Faites une sieste lorsque vous en sentez le besoin.

Voici pour les besoins purement physiologiques.

Les pensées et les émotions commandent notre corps

Si je pose une planche de 20 centimètres de large au sol et que je vous demande de marcher dessus, la plupart d’entre nous n’aura aucun problème à parcourir la longueur de la planche. Si je met cette même planche à 10 mètre de hauteur, combien parmi nous arriverons à parcourir cette même distance ?

Les personnes qui réussiront ne se laisseront pas influencer par leurs pensées et émotions, les autres se laisserons submergé par leur imagination, en proie aux pires scénarios. Souvent cela se passe à notre insu, nous ne sommes pas conscient que nous générons des pensées catastrophe, qui elles mêmes vont déclencher des émotions de stress et de panique.

C’est là que le corps se met à trembler, à transpirer et c’est la roue infernale où nous perdons tout contrôle.

Nous voyons là que le corps est dirigé en amont par les pensées, qui elles-même déclenchent des émotions qui vont avoir un impact sur notre corps. C’est la même choses en ce qui concerne la maladie ou la fatigue. La plupart du temps si nous avons un problème physique, nous ne nous préoccupons que du corps, il serait sage d’aller voir en amont ce qui a déclenché cela. Je ne dis pas qu’il ne faut pas prodiguer les soins nécessaires, bien évidemment, mais de visiter notre état d’esprit sera salutaire car c’est lui qui a déclenché ce dont nous faisons l’expérience.

J’ai fais cette expérience à plusieurs reprises et je vais vous en citer une.

A l’occasion de la maladie, j’étais tout le temps très fatiguée avec la pensée-croyance que mon corps était entrain de ma lâcher.

J’ai utiliser la méthode de Katie Byron consistant à remettre en question ce que l’on tient pour vrai. Cela consiste en 4 questions :

  1. Est ce que mon corps me lâche ? – oui, c’était vrai pour moi
  2. Est ce que c’est absolument certain que mon corps me lâche ? – encore oui, c’est l’expérience que je vivais
  3. Comment je me sens lorsque j’ai cette pensée ? – affaiblie, apeurée, fragile
  4. Qui suis-je sans la pensée – mon corps me lâche ? – et là j’ai eu l’immense surprise de voir mon corps se redresser instantanément et bondir en criant un gros Yes ! Sans la pensée, il n’était plus du tout fatigué.

Je vous invite à faire l’expérience par vous même.

Nous pouvons donc décider de l’état dans lequel nous voulons nous sentir simplement en le choisissant. Vérifiez si vous êtes fatigué, est ce que c’est psychologiquement que quelque chose vous pèse ? Notre corps est le parfait valet de notre pensée. Vous souhaitez être gai, alors soyez joyeux maintenant, vous souhaitez être en forme, alors voyez votre corps comme parfait, vous êtes déprimé, voyez quelles sont les pensées que vous entretenez, et changez les. Votre vie manque de sens, demandez vous ce que vous pourriez faire pour y mettre du sens et contribuer au bien de tous.

La morale de l’histoire c’est que le corps est au service des règnes supérieurs que sont l’âme, les pensées et les émotions.Certains disent que l’on peut lire dans une personne comme dans un livre ouvert, c’est parce que notre monde intérieur, se reflète dans notre monde physique. C’est valable pour notre corps et également pour notre condition de vie, de travail, familiale, etc… C’est la plupart du temps inconscient, la manifestation nous permet alors d’en prendre conscience.

J’ai déclaré un diabète insulino-dépendant en 2009. Au début j’ai crié à l’injustice, je ne trouvais aucun sens à cela et me demandais comment j’allais pouvoir continuer une vie normale. Au fil du temps, je me suis rendue compte que la maladie m’obligeait à faire les choses autrement car je ne pouvais plus fonctionner comme avant. Je n’avais plus l’énergie nécessaire. Alors j’ai développé en moi ce concept d’ETRE au lieu de FAIRE. Et les miracles sont apparus. Sans cette maladie, cette sonnette d’alarme dans ma vie, je n’aurais pas pris conscience de ce qu’il y avait de disharmonieux dans mon fonctionnement. Ce fut un cadeau, je le comprends aujourd’hui.

Il n’est pas nécessaire de passer par des évènements aussi violents que la maladie ou l’accident, mais souvent les mémoires qui nous dirigent sont tellement inconscientes qu’elles vont au bout de leur cheminement et manifestent notre manque de paix, de joie, notre souffrance profondément enfouie en nous. C’est le seul moyen pour nous de reprendre les commandes de nos vies et de guérir nos blessures.

Si nous arrivons à voir le cadeau, à accepter que nous avons créer cela, il nous sera plus facile d’accepter ce qui nous arrive en y trouvant le sens que cela a vraiment.

La vie est joie, abondance, plénitude et lorsque nos émotions et nos pensées sont autres, nous sommes arrêtés, victimes de nous-même. Acceptons le, c’est le premier pas vers la guérison.

 

Je souhaite recevoir les articles du blog