Cela fait tant d’années que je cherche à découvrir quelle est ma mission de vie, celle choisie par mon âme. Je n’ai pas toujours le sentiment de la vivre ce qui occasionne beaucoup de souffrance à la clé. Je me sens inutile, nulle, frustrée et me réveille sans beaucoup d’entrain. J’ai l’impression de ne trouver ma place nulle part et cela crée en moi des sentiments très désagréables.

Que se passe t-il dans ma tête à ce moment là ? Simplement je suis en guerre avec la réalité. J’ai une vision idéaliste de comment devrait être ma vie, et devant l’ordinaire du quotidien, ma tête me dit que ce ne peut-être que cela.

Rendez-vous compte de l’arrogance du mental. L’univers se déploie dans toute sa magnificence et focalisée que je suis sur mon idéal, je ne le vois plus.

Pourquoi nous arrive t-il de ne pas nous sentir à notre place ?

Simplement parce que nous avons tout un tas de croyances et de pensées qui nous font décider de ce qu’est la vie idéale pour nous. Et toutes ces choses, si vous regardez bien, sont extérieures à nous.

Il peut s’agir d’un autre travail, une habitation, un(e) chéri(e), une meilleure santé, plus d’argent, etc… Et dans notre naïveté, nous pensons que lorsque nous aurons ce que nous souhaitons, nous serons heureux. Il n’en est rien.

Il n’en est rien car nous continuerons à vouloir encore autre chose puisque le vide en nous ne sera pas comblé. Et quel est ce vide en nous ? C’est le manque de sentiment de présence, de connexion, de complétude. Nous nous sentons incomplet(e)s, en devenir, alors nous voulons être complet – avec notre moitié, ou une carrière – et nous améliorer.

Tout cela est un leurre, une illusion. Nous sommes déjà complets, mais le propre de l’égo est de nous faire croire au manque.

Alors comment accéder à notre complétude ? Surement pas avec notre tête. Ce n’est pas un concept à comprendre, c’est un concept à vivre.

Notre mission sur la terre est d’apprendre à aimer

Impossible d’aimer et de se sentir en pleine harmonie sans en vivre l’expérience.

Nous croyons être la personnalité, je “moi”, le “je”, alors que nous sommes la Présence.

L’âme s’incarne pour faire l’expérience de Qui Elle Est. Elle se densifie en plusieurs corps, le mental, l’émotionnel puis le corps physique. Nous sommes donc l’âme. Cessons alors de chercher l’inspiration à l’extérieur et revenons à notre corps.

Prenez un instant pour faire le calme en vous.

Soyez attentif à votre respiration, sentez la monter et descendre, ne forcez rien.

Voyez combien vous n’avez rien à faire pour que votre coeur enchaine ses battements qui vous maintiennent en vie. Devenez conscient de l’intelligence de votre corps à votre service.

Habitez ce corps, mettez y toute votre attention, remplissez le de toute votre présence.

Vous allez commencer à le sentir plus lourd, allez de vos pieds à votre tête, prenez un temps sur chaque partie sans vous y attarder et sans intention particulière.

Vous allez sentir plus de calme en vous. Vous pouvez devenir conscient à ce moment de la vie qui circule en vous. C’est cela la vie que vous cherchez partout ailleurs. Elle est là, elle a toujours été là, et dans notre ignorance nous la cherchons partout ailleurs, comprenez que nous ne pouvons la trouver ainsi.

Lorsque vous donner toute votre attention à votre corps, à ce qui est là, juste en l’observant, sans le juger, sans vouloir le changer d’aucune manière, nous sommes dans la présence. Nous avons cette position d’observateur, les évènements n’ont pas le même impact sur nous car nous ne sommes plus identifiés. Les choses arrivent…. et repartent.

Avez vous remarqué combien tout change tout le temps autour de nous ?

Nous misons toute notre sécurité sur des concepts qui sont appelés à venir puis à disparaitre. Nous nous accrochons à la forme des choses et sommes inconscient de leurs essences profondes. Attachons nous à l’essence de notre être et soyons ouverts à ce que nous présente la vie, bien ou mal, c’est ainsi, c’est le rythme de la vie.

C’est de vouloir que tout soit bien, bon et beau qui nous rend malheureux. La vague de l’océan qui monte ne pourra que redescendre, c’est l’ordre des choses. Et lorsque les évènements s’effondrent dans notre vie, nous les refusons, nous y résistons. C’est inconscient, c’est notre tête qui nous dit que ce serai tellement mieux si les choses étaient différentes. L’âme sait ce qui est bon pour nous, les épreuves que nous avons besoin de traverser pour réellement apprendre à aimer et à fonctionner depuis son point de vue à Elle.

Commencez à observer ce que vous dit votre mental à ce moment précis. Attention, juste observer, surtout ne vous juger pas. Il s’agit simplement d’être le témoin de ce qui se joue en vous. Soyez neutre, juste avec détachement et observer le jeu se faire. A cet instant, prenez conscience que vous n’êtes pas vos pensées. Mais si vous les laissez vous diriger, ce sont elles qui mèneront la danse. Il est impossible d’arrêter les pensées, mais vous avez le choix de les observer et de ne pas vous identifiez à ce jeu. Les pensées ne sont pas qui vous êtes. 

Les pensées vous amènent en dehors de votre corps, elles détournent votre attention de ce qui est déjà là. Une seule manière de faire à ce moment, revenez à l’attention du corps, au présent, à ce qui est là, ici et maintenant. Et soyez attentifs à la danse des pensées dans votre tête. Sitôt vu, revenez à ce que vous êtes entrain de faire et consacrez y toute votre attention.

Cette présence, cette vie qui circule en vous et en toute chose, c’est qui vous êtes vraiment

C’est lorsque vous arrivez à maintenir cette présence, cette attention soutenue, que la lumière peut se frayer un chemin. Cette lumière c’est qui vous êtes vraiment. Cessez de la chercher à l’extérieur, elle est vous.

C’est cela notre mission de vie à tous, apprendre à aimer. La plupart du temps nous faisons les choses pour notre intérêt personnel, pour rassurer nos peurs, nous donner de l’importance, être quelqu’un.

Nous avons oublié que nous sommes déjà quelqu’un et que cet état d’être ne souffre aucune condition. Nous avons la même valeur que nous soyons érudit, sans emploi, malade ou tout à fait ordinaire.

C’est l’égo/mental, qui juge, étiquette, nous fait nous sentir supérieur ou inférieur et nous torture sans arrêt.

Revenez à cet état de présence dès que vous surprenez le mental en action. C’est cela notre mission de vie à tous. Lorsque nous serons sortis de l’illusion de la séparation, nous vivrons notre complétude, c’est cela s’éveiller à la conscience. La paix est déjà là, elle y a toujours été, pas besoin de devenir meilleur, juste le voir, nous sommes tous le meilleur.

Je souhaite recevoir les articles du blog