Tous les matins les enfants reprennent le chemin de l’école, le téléphone se remet à sonner au bureau et les rendez-vous remplissent l’agenda pour la plupart d’entre nous. Pour les autres ce sont les obligations de toutes sortes habituelles.

 

Je pensais à la toussaint et à l’hommage aux morts une fois l’an et aujourd’hui il y a nous, bien vivants, bien pensants et près à agir, dans un sens ou dans un autre de toutes les manières.

 

La vie, la mort, j’ai pris un temps ce week-end pour m’interroger.

 

Savez-vous quel est le principal regret partagé sur le lit de mort ?

C’ est de n’avoir pas vécu ses rêves, d’avoir eu peur de lâcher le connu pour l’inconnu, de s’être trop attaché à l’argent au détriment du temps passé avec les personnes que l’on aime.

 

Oui, mais là, trop tard pour revenir en arrière. le compteur tourne inexorablement.

 

Nous avons 1440 minutes tous les jours à notre disposition et sommes libres d’y mettre ce que nous voulons dedans.

Allons nous rire, pleurer, construire, nous plaindre, aider ? Liberté totale, expérience assurée en bout de course en fonction de ce que l’on y aura mit dedant. Bonne ou mauvaise, pas grave, tout n’est qu’expérience.

Oui, et bien moi j’ai décidé de vivre, et le meilleur de préférence !

 

Personne bien sûr n’a envie de faire l’expérience de ce genre de regret, et pourtant, tapi dans l’ombre, un combat se joue, invisible parfois, mais bien présent.

 

Celui de la peur ou celui de l’amour.

 

Peur d’oser, peur de faire des choses différentes, peur d’échouer, d’être différent et rejeté, j’en oublie des tas pour sûr.

 

L’autre pendent, c’est l’amour de soi, passion de ce qui nous anime et que l’on ose révéler au monde, le plaisir de savoir que l’on est à sa place, la joie de créer, et de partager l’essence de qui on est autour de soi.

 

Alors que choisir et pourquoi tant de gens échouent-ils à ce jeu parfois cruel ?

 

L’oiseau qui chante le matin sur la branche ne se pose pas ce genre de question, le chant est vivant en lui et il l’exprime.

La fleur qui arrive à maturité n’a d’autre choix que de s’ouvrir et de rayonner puisque c’est sa nature, tout comme le pommier donne ses pommes prêtent à nous régaler.

 

Pourquoi est-ce si simple ? Il ne viendrait tout simplement pas au pommier l’idée de produire autre chose que des pommes et de se prendre pour un chêne ou un sapin de nos montagnes.

 

Alors et nous les vivants ? Pour qui nous prenons nous ? Qu’elle est notre vraie nature ? Qu’est ce qui dans notre vie est tellement simple pour nous que cela ne nous demande pas d’effort ?

 

Cela peut être aussi simple que d’avoir le talent d’organiser les choses, d’être aimable, de bien communiquer, d’être touché par le beau, d’aimer créer des projets, ou bien d’aider autour de soi.

 

Tout un tas de choses sont possibles.

 

Alors qu’elle serait une bonne question à se poser ?

Comment allez vous organiser ce que vous maîtrisez et aimez faire au mieux de qui vous êtes pour que cela améliore la vie des gens autour de vous ?

Pour qu’à votre contact, les personnes se régalent autant qu’à l’écoute du chant de l’oiseau ou au goût d’une délicieuse pomme fraiche et juteuse.

 

Parce que si personne n’est en face pour apprécier ce que vous êtes, dites ou faites, cela n’aura que peu de valeur.

 

Une étude faite auprès de 2 millions de personnes dans plus de 60 pays montre, que les personnes à succès, quelque soit le domaine d’expérience qui va de femme de chambre à millionaire, toutes ont en commun une chose : elles ont mis leur talent en mouvement et rien d’autre !

(Découvrez vos points forts, Buckingham & Clifton, ed. Pearson)

 

Tous nous sommes différents, tous nous avons des atouts que les autres n’ont pas. 

Nous sommes dans une société qui voudrait rendre tout uniforme alors que la vie ne fonctionne pas ainsi.

Personne sur la terre n’a votre particularité ou talent, personne n’a vécu les expériences que vous avez vécu et n’est à même de les partager comme vous sauriez le faire.

Alors, qu’aimez vous faire, à quoi prenez vous un plaisir fou, si vous n’aviez pas besoin d’argent pour vivre, de quoi seraient remplies vos journées, qu’est ce qui vous met en joie, avec quelles activités ne voyez vous pas le temps passer ?

Sur votre lit de mort, quelle est la chose que vous voudrez absolument avoir faite ?

De mon côté j’ai longtemps cru qu’il y avait un temps pour travailler, et un temps pour soi, et je ne m’étais pas autorisée à ce que le temps pour moi devienne mon travail. Allez voir chez vous si vous n’avez pas des croyances qui vous limitent et pointez les, notez les, et vérifiez si elles sont toujours vraies pour vous aujourd’hui.

Partager qui vous êtes

Vous seul pouvez aider et rentrer en contact avec certaines personnes et si vous ne prenez pas votre place, et bien ces personnes seront moins riche de qui vous êtes.

 

Et oui, rien de moins !

 

Alors, oui, aujourd’hui, c’est bien nous les vivants ! Alors qu’à tout cela à voir avec nos vies, nos projets ?

Tout est basé sur les relations. Et dans toute relation saine il y a échange. Alors simplement, qu’allez vous avoir à offrir cette semaine aux personnes que vous allez rencontrer ?

 

Occupez vous des personnes, rien que des personnes et de ce que vous avez à offrir, la joie, l’abondance, le business se feront d’eux même. Bon, ne vous oubliez pas tout de même !

 

Belle semaine à vous.

Je souhaite recevoir les articles du blog